Presque toutes les œuvres d’Akira Toriyama #4

Le post du 18 janvier, quatrième mise à jour du projet, nous amène au 10 décembre 2013. Il s’agit d’un extrait d’interview d’Akira Toriyama publié en janvier 2014 dans le magazine mensuel Men’s Non-no (メンズノンノ). Dans cette interview, l’auteur parle de son passé et de ses premiers pas dans le monde du travail avant ses débuts dans le magazine Weekly Shonen Jump. Il évoque également le one-shot « Jaco the Galactic Patrolman », publié du 13 juillet au 30 Septembre 2013 dans l’hebdomadaire susnommé.

AKIRA TORIYAMA

Né en 1955 dans la préfecture d’Aichi. Il a fait ses débuts en tant qu’auteur en 1978 sur Weekly Shonen Jump avec le one-shot « Wonder Island ». La publication du Dr Slump commence en 1980, celle de Dragon Ball en 1984. Les deux titres sont devenus des séries phares. Il a également travaillé en tant que concepteur de personnages (character designer) pour l’industrie du jeu vidéo et plus particulièrement pour la série Dragon Quest.


La publication de Dr Slump commence en 1980 et rencontre immédiatement une incroyable popularité. En suivant, Dragon Ball fait ses débuts dès 1984. Grâce à des personnages captivants et des batailles frénétiques, il obtient un énorme soutien de la part d’un public de plus en plus important. Avec plus de 230 millions d’exemplaires du manga vendus dans le monde, son adaptation en dessin animé, en jeu vidéo ou au cinéma, il continue de ravir les fans à travers le monde. Récemment, en 2013, Jaco The Galactic Patroman voit le jour. Une série qu’Akira Toriyama définit, lui-même,  comme étant : « peut-être, la dernière histoire que je vais dessiner de ma propre main. » Quelle est la vraie signification de ces mots ? Pour vous répondre, nous vous proposons un précieux entretien avec Akira Toriyama qui évoque même l’enfance de l’auteur.

L’interview – extrait

« Je n’ai jamais pensé à devenir auteur »

Q: Tout d’abord, je voudrais vous poser des questions sur votre vie avant de devenir auteur. Comment était votre enfance ? Qui étiez-vous ?

Akira Toriyama : J’étais un gamin effronté – le genre qui se moquait des faibles, mais n’osait pas aller à l’encontre des forts [rires]. Malgré cela, mes notes à l’école étaient plutôt bonnes, et j’ai toujours eu le privilège d’être nommé délégué de classe par les professeurs.

Q: Lisez-vous des mangas ?

Akira Toriyama : J’en ai lu beaucoup jusqu’en quatrième année. Astro Boy, Gigantor, Osomatsu-kun (おそ松くん)… J’ai plus ou moins continué sur ce genre. Mais, plus que le manga, j’ai toujours été fasciné par le style artistique de Disney. Je l’ai toujours trouvé incroyable et j’ai littéralement dévoré tous leurs dessins animés. En particulier, « Les 101 Dalmatiens » : la façon dont les humains ont été représentés et dont les animaux ont été rendus expressifs était impressionnante. J’ai souvent essayé de l’imiter. Pendant la journée, je jouais presque toujours dehors, mais bien sûr, une fois rentré chez moi, je n’avais rien d’autre à faire, alors je dessinais.

Q: Qu’avez-vous dessiné?

Akira Toriyama : Tout ce que je voulais sur le moment. Par exemple, à l’époque, je voulais vraiment un cheval. Je finissais donc par en dessiner certains en me disant : « Je me demande si ce serait amusant d’en monter un dans le quartier, en le trimballant partout dans la rue ». Puis, après un certain temps, j’ai pensé que cette idée de cheval était tout à fait irréaliste, alors je suis passé au souhait suivant… que ce soit un chimpanzé. Mais un jour, je suis allé au zoo de Nagoya et j’ai découvert que les fesses des chimpanzés sont vraiment horribles, alors j’ai aussi abandonné cette idée. Je veux dire… les chimpanzés que je voyais à la télé portaient toujours des pantalons… Je ne pensais pas qu’ils étaient comme ça en réalité ! Finalement, je me suis intéressé à d’autres animaux (rires).

Malheureusement, le site officiel de Dragon Ball n’a proposé qu’un seul extrait. Si vous souhaitez lire l’interview complète, nous vous renvoyons au site Web de Kanzenshuu, où vous pouvez trouver l’intégralité des questions et réponses.

Kamé Hamé Ha ! Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Remonter en haut de la page